Accueil   Quoi    


 

 
Introduction et naissance du panthéon Les dieux aux pieds nus
   
Le panthéon celte est presque essentiellement féminin, à plus de 80%,à l’inverse de celui des romains qui est masculin dans les mêmes proportions. Même si l’on adopte les similitudes que prétend Jules César entre les dieux des uns et ceux des autres, il faut, soit admettre que le général n’est qu’un piètre hagiographe, soit, ce qui est plus raisonnable, que ces statuettes (qui apparaissent un siècle après la perte de l’indépendance ) sont la preuve d’une évolution dans la « Gaule profonde » La religion celte, orale, abstraite et élitiste va se maintenir grâce à de petites idoles valant souvent le prix d’une assiette que les pieux gaulois placeront sur un petit autel domestique, imitant ainsi leurs vainqueurs.




Il y avait un dieu par problème (et un peu plus !)Ce panthéon est donc le fidèle reflet des préoccupations des gaulois peu romanisés. Il n’y a pas de statuettes armées. Par contre 60% de la production (donc de la religiosité) se porte sur une très jeune fille nue qui a pouvoir sur les eaux :
- de la terre symbole de naissance et de survie.
- du ciel, symbole de la puissance divine, dispensatrice de bienfaits comme de calamités.

Nous les appelons Vénus, sans connaître leur nom gaulois , mais en admettant que la main posée sur un objet est signe de puissance (Ne dit-on pas encore « une main levée » pour la suppression d’une hypothèque).



Suite...